24 février 2024

Bienvenue sur le site internet de l’Écurie Guépard!

Voeux…

Le bureau de l’écurie Guépard vous souhaite ses meilleurs voeux pour l’année 2024 !

Nous souhaitons vous transmettre toute notre reconnaissance pour continuer à faire vivre notre association et lui donner toute sa richesse. Votre participation est la preuve de votre engagement et de votre passion. Nous vous souhaitons une année remplie de joies, de succès et de rencontres sportives enrichissantes.

Les informations…

Le Défi des Guépards 2024

Le défi Guépard 2024 c’est:

2 randonnées de navigation les:
samedi 20 avril 2024 et samedi 25 mai 2024

Les présentations et règlements sont en cours de réalisation
>> Abonnez vous à la lettre d’information ou contactez-nous pour en savoir plus!


Randonnée «Autour des clochers tors» le 20 avril 2024

3ème édition
Navigation roadbook et carte (suivant catégorie choisie)
Départ dans le Maine et Loire près de Baugé


Randonnée «Sur la trace des Guépards» le 25 mai 2024

2ème édition
Navigation cartes à tracer ou tracées (suivant catégorie choisie)
Départ dans l’Oise à Lormaison

Les prochains rendez-vous :
– Réunion le mardi, 21h00 (visio-conférence) toutes les 2 semaines (prochaine date : 20/02/2024)
– Randonnée automobile Autour des Clochers Tors le 20 Avril 2024, cliquer ici pour les détails
– Randonnée carto Sur la Trace des Guépards le 25 Mai 2024, cliquer ici pour les détails
Les dernières gazettes
31 janvier 2024Gazettes 2024Belle prestation d’ensemble de l’écurie GUEPARD ! Par Jean GUEZENNEC C’est une superbe édition que nous ont proposé Vincent LEGENNE et son équipe de l’EHC78 ! Le plein (75 partants) ils ont même refusé plus de 20 demandes … Les conditions étaient bien hivernales. Le samedi, la neige et parfois la glace étaient au rendez-vous sur certaines portions, il fallait être très vigilant. De belles conditions hivernales pour l’Eure d’ … Hiver Classic Le dimanche matin, on ne tenait pas debout … même sur le parking de l’hôtel ! Sagement, l’organisation décidait d’annuler le secteur 1 du jour, espérant une amélioration qui s’est bien produite dans le courant de la matinée. Toujours à l’écoute, Vincent et sa bande ont alors décidé de faire faire le second secteur sans temps imparti, car il n’était pas question de faire prendre des risques à qui que ce soit ! Au final, une jolie quantité de pièges, soigneusement tissés, appréciés même par ceux qui s’y sont faits prendre ! En voici un bel exemple : LE piège du rallye … Une première satisfaction, l’écurie GUEPARD termine 3ème de l’inter-écuries, sur la dizaine de teams en présence. La plus belle performance en EXPERT est encore une fois à mettre au crédit de Francis PLANCHE et Catherine NOGIER (MGB-GT), très solides, appliqués, qui pointaient déjà à la 3ème place en début de rallye. Ils la conserveront jusqu’au bout, finissant sur les talons (à 2 petits points) de la 2ème place. Des valeurs sûres ! Francis PLANCHE et Catherine NOGIER sur MGB-GT A la 11ème position, Jean GUEZENNEC et François DUFOSSE (Honda Delsol) ont pris beaucoup de plaisir, mais restent, dans la ligne de leurs derniers rallyes 2023, loin de leurs performances passées. L’âge a des effets indésirables sur la concentration et l’analyse. Jean GUEZENNEC et François DUFOSSE sur Honda Crx Del Sol Pour Alain BRAULT et Yann GOSSART (205 Green … mais blanche 😉) c’était l’heure de la découverte ; une première participation ensemble, et en EXPERT également. Le samedi, ils ont pris leurs marques, avec un Yann un peu nauséeux, 16èmes de chaque secteur. Mais dimanche, sur un rythme différent, ils pointent en 7ème position de cette ultime étape, ce qui leur permet de remonter au classement final à la 14ème place, mais avec de belles promesses ! Alain BRAULT et Yann GOSSART sur Peugeot 205 Green Le 4ème équipage de l’écurie était constitué de Stéphanie GOSSART et du tout jeune Valentin, leur fils de 12 ans seulement, et lâché seul pour la première fois dans le grand bain ! Leurs résultats, sur 41 partants dans cette catégorie GT : samedi, secteur 1 : 30èmes (on se règle …), secteur 2 : 6èmes. Le dimanche : 5èmes !!! Stéphanie et Valentin GOSSART sur Simca 1100 S De la toute bonne graine de champion, ce garçon, surtout que le parcours en GT ne différait de celui des EXPERT que par quelques informations supplémentaires ici ou là … [...] Lire la suite…
3 décembre 2023Gazettes 2023Par Jacques PHELIPPEAU et Lysiane CHEVRIER. “Pas clair l’ancien président ! Pas une publication depuis un bon moment, alors je profite de la dernière sortie de l’année pour essayer de me rattraper … Le Haute Saintonge, c’est un classique dans l’Ouest, tenu à bout de bras pendant 14 éditions par le regretté Patrice GACON, autour de St Genis de Saintonge (17). Après sa disparition début 2022, ses proches copains et sa fille avaient repris le flambeau pour la 15ème édition fin 2022, à partir des éléments déjà préparés par Patrice. Pour cette édition 2023, la petite équipe s’est éloignée de ses bases et de sa zone de confort, pour se projeter à St Palais-sur-Mer, près de Royan. Mais en se limitant à une catégorie expert, ils n’ont attiré que 28 équipages. Ce faisant, ils ont cependant remonté le temps (!), car le maire de St Palais est un ancien pilote de rallye des années 70, qui avait entre autres organisé à St Palais la 1ère édition du Rallye Côte de Beauté en 1973. Et 50 ans après, 3 concurrents de l’époque (Alain FOURCAUD, Patrice et Christian CAPDEVILLE) devenus fidèles des rallyes de Patrice GACON étaient de retour à St Palais pour ce 16ème Haute Saintonge Classic. Le sport auto est truffé de belles histoires !! Pour en revenir au déroulement de cette édition 2023, partis d’une feuille blanche, les organisateurs ont concocté un tracé de 160 km assez sélectif, en utilisant une large panoplie d’énoncés torturés maintenant courants dans nos rallyes de navigation, et en gardant une petite pincée de « Gaconnades ». Ça a été pour nous l’occasion de redécouvrir une case miroir et une carte miroir (dont la règle du jeu était elle-même écrite en miroir !). Le tracé empruntait cependant beaucoup de zones très urbanisées, et donc, malgré des moyennes très basses, aucun équipage n’est passé totalement à 0 min. Jacques PHELIPPEAU et Lysiane CHEVRIER Pour notre part, on était en retard à chaque fin d’étape ; mais surtout, malgré toute notre application, on a été loin d’être les seuls à passer devant plusieurs CPs sans les voir ! Sempiternel problème du plantage de CP !!! Autre éternel problème, qui en a chagriné plus d’un : les voies qui devaient être prises en compte ou pas dans le fléché allemand de 2,5 km en agglo ! En fin de journée pour la 3ème étape, Lysiane ne voulant plus conduire de nuit, j’ai pris le volant en plus du road-book et du trip ! C’est jouable, mais un peu difficile tout de même dans les cartos ! Lysiane étant concentrée sur la traque aux CPs, elle en a sauvé 3 que je n’avais pas vus ! A voir si nous n’avons pas fait des erreurs mais, en plus de nos minutes de retard, notre 7ème place finale est largement due à la ribambelle de CPs pas vus. D’ailleurs, le scratch s’est aussi joué là-dessus. Vainqueurs : José BAZILLET – Marie HANTIER avec la Fiat X1/9, devant Christiane & Alain FOURCAUD, ex-aequo mais départagés par une question subsidiaire lors de la remise des prix. Notre année 2023 est donc bouclée, mais l’édition 2024 de la Ronde de Chambrille est déjà sur les rails. Comme elle se déroule toujours le dernier dimanche d’août, ce sera donc le 25 août 2024 ! Le parcours est déjà défini à 95% : tracé, lieux de pauses, CHs, ZRs, répartition fléchés/carto, … Reste plus qu’à peaufiner les différents énoncés !! Mais en attendant il y a le volumineux dossier de sécurité du 3ème Rallye régional Dame de Chambrille (6-7 avril 2024) à élaborer avant la fin de l’année !“ [...] Lire la suite…
10 novembre 2023Gazettes 2023La nuit de la bêtise : épreuve déroutante. Par Stéphanie, Yann et Valentin GOSSART. “Première expérience pour nous d’une participation à une épreuve du « Chalenge cartographique des hauts de France », située près de Cambrai. Déjà, un format d’épreuve nouveau pour nous avec des vérifications administratives en début d’après-midi, un départ pour la première étape à partir de 16h15, retour à 20h pour dîner et on repart pour la seconde étape vers 21h jusqu’à minuit. Remise des prix dans la foulée, qui nous libèrera vers 1h du matin. Aucune notion de temps, on te donne ton road book complet (des 2 étapes) dans la salle du restaurant et tu pars quand tu veux. Fin d’étape, tu rends ta feuille de la même manière. Aucun métré sur le road book, pas un seul, ni total ni partiel, sur les 135km de l’épreuve. Le trip ne nous aura servi que sur l’unique « ERK » de la 1ere étape, longue de plus de 22km tout de même. Les GPS sont visiblement autorisés puisque certains ont même des tablettes fixées au tableau de bord. Et on était venu pour de la carto, finalement on aura eu que 3 cartes, 2 cartes tracées avec amorces et 1 en point d’altitudes. Les participants sont pour moitié des voitures modernes sans intérêt (Skoda octavia, Volvo 90, Clio, 206, 2008…) un quart de voitures plus typées course, arceau, rampes de phares, tableau de bord de Boeing, et un dernier quart comme nous (Lancia Beta, Opel Kadett et Ascona, Golf1, Cox, Ford Capri). Notre Simca 1100 était la doyenne du plateau. Volkswagen Coccinelle Problème pour nous : Je me suis aperçu une semaine avant que je n’avais plus de phares. Quand je bascule de codes en phares, les codes s’éteignent mais les phares ne s’allument pas, et les longues portées non plus. Tous mes fusibles sont bons, je n’ai pas pu régler le pb avant l’épreuve, tant pis on va devoir faire avec. Mais ça va rapidement être un problème de nuit sous la pluie, surtout avec les pièges proposés. Avec notre numéro 40, on part vers 17h, il fait encore jour et l’on s’élance à la découverte des pièges plutôt bien ficelés. Un CPH bien trop tôt après un autre et qui nous tends les bras nous a eu comme des bleus. On le comprend assez vite mais c’est trop tard. Ensuite c’est un Allemand qui nous perd dans la pampa et nous prend beaucoup de temps. Et la nuit tombe et la pluie arrive… On s’applique sur l’ERK et on ne sera faux que de 180m sur 22km, soit seulement 18 points de pénalité. (Les CP sont à 100). Opel Ascona A la pause le personnel fait ce qu’il peut avec gentillesse, mais les pizzas ne sortent pas du four et du coup, tout le monde part en retard pour la 2nde étape, qui disons-le sera une vraie souffrance pour nous sur 85km à cause de la visibilité avec encore un fléché allemand qui nous perd pendant 30mn au point de tirer vers le village d’après sans avoir jamais compris quel était le bon parcours.A ce moment-là dans la voiture je me dis que jamais je ne remettrai les pieds ici… Mais on serre les dents et on s’applique jusqu’au bout, déjouant des embrouilles et en sortant plusieurs fois de la voiture avec la lampe torche pour vérifier la situation, les plaques de rue, etc. Valentin nous aide avec ses bons yeux, il est sur le coup.A l’arrivée on débriefe avec Olivier et on comprend une partie de nos erreurs, il les a faites aussi, en partie. Une bière ou deux par là-dessus, nous redonnent un peu le moral. Le temps que tout le monde rentre, il est 1h quand la remise des prix est faite, tambour battant. Et surprise au classement, on pensait faire entre 15 et 20 sur 28, et nous voilà 7èmes, à 10 petits points de la 5ème place. Bon, du coup on reviendra peut-être… avec une barre de LED sur le toit. Volvo 345 (?) et Ford Capri Tiens, un truc qu’on a foiré, à la toute fin, cette fois incontestable mais c’est la fatigue qui nous a eu : On termine par cette carte et on doit poursuivre après la carte par la case 11. On est à 20m du parking d’arrivée. Il est clairement indiqué sur le boule-flèche la position “F” du Finish de la carte. Vous avez compris ? Eh oui, il y a recouvrement, la carte va au-delà de la boule de la case 11, il faut refaire une boucle et prendre 2 fois le CP… Ah, voilà un truc où, je pense on a fait le bon choix: Sur la fin de la carto des côtes d’altitude, on arrive du sud, par 156 et il fallait passer 125, 125, 136 puis sortir en F.Le CP est au niveau de l’étoile jaune, à coté du 125. Combien de fois prend-on le CP selon vous ? (Ne vous fiez pas au tracé orange). On va au plus court d’un item à l’autre. Donc on rejoint le 125 une première fois en passant à droite de l’église, et on fait le tour antihoraire pour le prendre une deuxième fois. On doit alors chercher le 136, mais tel qu’il est placé, on est obligé de boucler en direction du château d’eau et revenir au niveau de l’église. Là, s’il l’on va tout droit pour partir au plus court vers le Finish, on se croise. Il faut donc à nouveau passer à droite de l’église et prendre une 3eme fois le CP. Voilà les résultats en Touring : Résultats en catégorie “Touring” Je précise que le coefficient d’âge du véhicule ne s’applique que sur l’ERK, pas sur les CP. Et la pénalité d’ERK est plafonnée à 100, et il n’y en avait qu’une dans la 1ere étape. Dans notre cas, cela n’a joué que sur 18 points sur 518. Simca 1100 et Peugeot 205 GTI Si le coef s’était appliqué sur la totalité des pénalités, on serait passé 4èmes au lieu de 7èmes. La où certains organisateurs (Chambrille, Loir & Cher, …) cherchent à mettre en place des barèmes pour pénaliser plus fortement les voitures modernes, le CC Hauts de France au contraire le réduit à presque rien.C’est un choix, je viendrai peut être en Skoda Superb l’an prochain ce sera plus confortable et moins fatiguant. Et les résultats en Experts :“ Résultats en catégorie “Experts” [...] Lire la suite…
22 octobre 2023Gazettes 2023Les éditions LVA organisaient les 14 & 15 Octobre pour la première fois les “Coupes Auto Légende” sur l’autodrome de Linas-Montlhéry, auxquelles ont participé la famille GOSSART, Stéphanie, Yann, et Valentin. “C’était l’occasion pour nous de faire rouler nos Amilcar sur ce circuit mythique. L’organisation a prévu 6 plateaux allant des “avant-guerre” aux sportives modernes avec trois roulages par plateau et par jour. Pari audacieux sur la météo, nous voila inscrits pour les 2 jours, avec des prévisions de pluie le samedi qui par chance tombera dans la nuit de vendredi à samedi, nous offrant une piste “gras mouillé” au premier roulage, mais bien sèche tout le reste du week end. Briefing au pied de la tour Rouler en “avant-guerre”, c’est toujours un peu de logistique, d’autant que nous avons engagé 2 voitures. J’irai par la route avec Valentin tandis que Stéphanie tractera le plateau et le monoplace. En Amilcar par la route … une autre époque ! Départ de la Défense à 7h15, nous voila à l’entrée de l’anneau à 8h15 et attendus en pré-grille à 8h45. Oups ! Il a fallu s’activer pour récupérer les pass, décharger et mettre en route. Déchargement de la belle Amilcar de Stéphanie Malheureusement, peu d’inscrits en “avant-guerre” ce qui a poussé l’organisation à nous regrouper avec le plateau “Nationale7” et ses populaires 50’-70’. Tout cela était pour le moins hétérogène mais tout le monde s’est bien comporté et il n’y a pas eu de problème en piste. Le plateau “Nationale 7”, constitué des populaires des années 50-70, et donc pour l’occasion, complété des “avant-guerre” Sur l’image ci-dessous : Le plateau des “avant-guerre” (ou presque) : avec nous une Talbot Lago, une monoplace Austin7, une MG, et 2 intéressantes monoplaces Berte de 1948-49, ayant un historique à Montlhéry, mais qui là faisaient pâle figure malgré leur look et leur moteur 6 cylindres. Le plateau des “avant-guerre” (vue 1) Le plateau des “avant-guerre” (vue 2) Le règlement UTAC n’autorisant pas les moins de 18 ans en piste, Valentin s’est donc contenté de nous suivre et nous photographier depuis les tribunes. Stéphanie au volant de son Amilcar, depuis les tribunes L’événement était très convivial, animé au micro par Igor BIETRY, avec la présence de clubs, de marchands divers et la possibilité de se faire dédicacer des BD et livres par leurs auteurs. Animation musicale, food-trucks, … Par contre, assez peu de spectateurs. Le dimanche matin était bien frais comparé à la douceur des jours précédents mais le soleil est resté très présent tout le week-end pour le plus grand plaisir de tous. A déplorer dans notre plateau, la casse d’un moyeu sur la superbe Talbot Lago, heureusement à basse vitesse dans une chicane, et sans dommage pour le pilote. Casse d’un moyeu sur la Talbot Lago Un petit mot sur nos voitures : Ce sont des “reconstructions tardives” mais dont tous les éléments structurels : châssis, moteur, boite, trains roulants, freins sont des pièces originales Amilcar et donc d’avant guerre. La puissance est limitée mais la légèreté et la maniabilité de l’ensemble nous permettent de nous amuser et de laisser derrière nous les 204, 404, Simca5, et autres Dauphines ou 4L. La monoplace pilotée par Stéphanie a couru aux mains de son père au tout début des années 70, aux Coupes de l’Age d’Or à Dijon, au Mans et à Montlhéry. C’est toujours un régal à piloter, un vrai kart avec levier de vitesse à main gauche et entre les jambes. Au bilan un bon week-end de roulage dans l’ambiance de Montlhéry, en attendant la “Grand messe” du Vintage Revival Montlhéry les 11 et 12 mai 2024, qui célèbreront le centenaire de l’autodrome avec 250 autos et motos de course, exclusivement d’avant guerre. L’évènement à ne pas manquer !“ [...] Lire la suite…
18 octobre 2023Gazettes 2023Jean GUEZENNEC nous raconte son week-end. “Première chose à mettre en avant après ce week-end redouté : On s’est régalés Des routes, quasi désertes et fabuleuses, comme on les attendait, empruntant des spéciales de l’Avallonais, de la Ronde de Quarré les Tombes, de la Châtaigne aussi il me semble, de courses de côte locales, un véritable toboggan, un grand huit magique… Le Vtec a parlé ! Ensuite l’ambiance… intime (22 partants) et chaleureuse, être tous logés au même endroit a son charme, et Stéphane KOWALSKI a su par quelques mots ici ou là y contribuer largement. Reste le contenu… et bien là aussi, en évitant certaines complications inutiles (il y avait déjà fort à faire !) a rendu le rallye très roulant et agréable. Certes, ce genre d’exercice n’est pas normalement notre tasse de thé, mais à force de s’y essayer, on finit par y prendre un certain plaisir, y compris quand on se loupe et qu’on se rend compte de la manière indiscutable et adroite dont les pièges étaient ficelés ! 1ère étape, une mise en bouche le samedi matin, juste une trentaine de kilomètres… Ce fut pour nous presque le plus dur ! On a tous les CP, mais on y prend 29 minutes de retard, et pourquoi ? Explication : Sur le “Guide pour réussir son rallye”, il y avait ceci : Dans notre esprit, c’était selon, celui de gauche pour un monument style petite obélisque, celui de droite s’il s’agissait d’une statue. Dans un fléché allemand, déjà en plein doute (pour rien, on était bons sur la bonne route) on doit laisser sur notre droite un soldat, mais nous, on voit un monument genre obélisque. On est perplexes, on vérifie, …et on rebrousse chemin, croyant nous être trompés bien avant. On imagine toutes les hypothèses, même les plus farfelues, et faîtes confiances à deux vieux cerveaux usés, on sait très bien faire ça !!! Au final, on a compris que l’organisateur pouvait utiliser l’un ou l’autre pour désigner un monument, …quel qu’il soit. On rentre pour le buffet de midi, très inquiets pour la suite… Arrive une carte où l’on doit aller d’un point d’altitude bas désigné, par des points croissants jusqu’à un autre, haut, désigné aussi, puis redescendre, puis remonter. Tout ça est parfaitement expliqué. On débute le traçage, finalement pas trop long, et pour cause… Si tout s’enchaine bien pour nous, on a oublié que c’est “au plus court” vers la cote d’altitude la plus proche, et non au global, et on en a oublié quelques-unes au passage… Ces vieux, j’vous jure !!!! On prend d’un coup quelques CP évitables… Repas du soir avec beaucoup d’ambiance, de rigolades en se racontant entre Guépards nos mésaventures, Alain BRAULT et Dan HOURY se sont souvent calés derrière nous, Dan fatigant vite à naviguer, et ils n’ont pas eu trop des 250 cv de la 944 Turbo Cup pour suivre la p’tite Honda… De Francis PLANCHE et Minette, qui partaient derrière avec la 996-4S, ce seront les seuls moments où nous pourrons avoir des nouvelles, mais on imagine bien que Francis doit galérer un peu. Dimanche matin, dernière étape. On assume nos erreurs de la veille, on a eu tellement de bons moments que c’est passé tout seul. Parcours toujours très agréable dans les brumes au départ, puis sous un soleil frisquet, on s’en sort vraiment bien, on notre propre surprise. Mais (forcément, il y a un mais…) on ne va pas tarder à faire notre “boulette du jour” ! Un fléché allemand à tracer sur carte, en tenant compte uniquement des routes surchargées en rouge. Simple, mais (le voilà, ce “mais”) on a lu l’explication trop vite, et surtout pas jusqu’au bout ! Le “vous n’êtes pas obligés de parcourir tout ce qui est en rouge” nous a échappé !!! On passe partout, et on prend donc deux CP supplémentaires, entièrement de notre faute, et facilement évitables eux aussi… Ca ne retire rien au plaisir qu’on a pris ! On a foiré aussi quelques ERK (relevés de distances entre deux cases), perdus avec : trip en marche arrière, avant, arrière…oubli de le remettre en avant…) et inventer sur certains des distances au pif, vraiment au pif… Les 6 Guépards et Stéphane, l’organisateur Bilan : C’est un peu plus compliqué que nos rallyes habituels, certes, mais parfaitement cohérent. On a même le sentiment qu’à 150 balais à nous deux, on peut encore progresser…“ Classement :– Jean GUEZENNEC et François DUFOSSE : 10èmes– Francis et Minette PLANCHE : 17èmes– Alain BRAULT et Dan HOURY : 19èmes [...] Lire la suite…
14 octobre 2023Dernières Gazettes / Gazettes 2023Avec plus de 60 partants, cette édition s’annonçait très intéressante, et elle a tenu toutes ses promesses. Francis PLANCHE et Catherine NOGIER (MGB-Gt), qui représentaient l’écurie Guépard sur place, ont souligné la qualité du travail effectué par l’équipe organisatrice. Un road-book sans erreur ni interprétations possibles, un parcours rendu sélectif par de nombreuses ‘’routes fantômes’’, de belles séquences carto, c’était pour eux la plus belle des 7 éditions auxquelles ils ont participé ! Le samedi, piégés sur une pointe pouvant être abordée de trois façons différentes, ils n’ont pas opté pour la bonne, y laissant 1 CP. Sur une ‘’commode’’, ils se sont compliqué la tâche et ont dû la refaire à plusieurs reprises. Si tous les CP étaient bien relevés, ils ont laissé 26 minutes de retard sur ce secteur… Après un dimanche parfait, ils terminent au final juste au pied du podium, échouant vraiment d’un souffle pour la 3ème place. Les vainqueurs, ce n’est pas une surprise, sont Michel THOUY et Camille DUTHU (Alpine 1600 SX), déjà vainqueurs quinze jours plus tôt, au Loir et Cher Historique. Michel s’était déjà imposé sur la Ronde De Chambrille fin août, avec un autre navigateur ! Prochain rendez-vous pour Francis, la Ronde du Morvan les 14 et 15 octobre où, cette fois, il naviguera non sans une certaine appréhension Minette, son épouse. Il rejoindra ainsi les deux autres équipages de l’écurie, Alain BRAULT et Dan HOURY (Porsche 944) et Jean GUEZENNEC et François DUFOSSE (Honda Delsol). Mise à jour : 18/10/2023L’organisateur a informé les concurrents qu’une erreur de classement a été commise.Après rectification, Francis et Catherine sont finalement classés 3èmes en experts ! [...] Lire la suite…
2 octobre 2023Gazettes 2023Pas moins de quatre équipages de l’écurie Guépard ont participé à cette 12ème édition du Rallye Historique du Loir et Cher. Francis PLANCHE et Catherine NOGIER (MGB-GT) sont seconds en catégorie experts : “Cette épreuve s’est bien améliorée au fil des années et est maintenant d’un très bon niveau (à mon point de vue évidemment) … Ma copilote a été très bonne, ne commettant que 2 fautes sur tout le parcours, et moi très mauvais en loupant 4 CP dans une seule étape du samedi, ce qui nous mettait 5èmes le samedi soir.Dimanche parfait pour ma copilote (0 faute), et encore un CP de loupé pour moi …Nous terminons seconds, malgré toutes mes erreurs. Dommage pour ma navigatrice qui aurait bien mérité une victoire. Guizounet a eu également de gros soucis avec les CP et un coefficient d’âge défavorable (pour la voiture … pas pour lui !!!).Bravo à Graham & co pour le podium bien mérité en initiés.“ Le podium en catégorie experts Stéphanie et Yann GOSSART (Porsche 944) sont eux, 3èmes en catégorie initiés : “Ah cette fois ça y est, on l’a eu notre podium ! Certes ce n’est qu’en catégorie initiés, mais ça fait bien plaisir. Relation compliquée pour nous avec l’histo du Loir et Cher : On l’a fait en 2016 et 2017, en complets débutants et on a souffert au point de se dire qu’on n’y retournerait plus (on n’était pas les seuls), et puis l’organisation a évolué et on y est retournés, faisant 5èmes en 2021, puis 4èmes l’an dernier. On est donc restés en catégorie Initiés cette année avec l’espoir d’enfin accrocher le podium. Remontés à bloc, on attaque l’après-midi de samedi avec application, pour les 2 premières sections (1h40 et 1h55) dont on est ressortis bilingues tant elles étaient denses en fléchés allemands ! Un peu de carto mais vraiment peu. Pas de pb, juste 6 min de pénalités dans la première. La 3eme section nous ramène à Herbault en moins d’une heure avec de belles sections roulantes et des notes franches pour seules difficultés. Confiants, on déchante vite en voyant les premiers résultats affichés : 4 CP dans la S1, encore 4 dans la S2, et … 4 dans la S3 !!! Heureusement tout le monde a pris cher, comme nous sans vraiment comprendre pourquoi.A part un équipage local d’extra-terrestres (??) qui finit la journée à 1 CP, les 7 équipages suivants prennent en moyenne 12 CP chacun ! Excepté un piège que le traceur a eu bien du mal à défendre le soir, le reste des valises de CP résulte apparemment de la combinaison de règles de calcul de métré en sortie de ronds points, avec des pièges à la distance calculés à 10m près. Le coef de notre “jeunette” Porsche 944 de 1985 ne nous aide pas et nous voilà 6èmes du général. Grrr. Et les 4 et 5 ne sont pas loin devant, mais 7 et 8 pas loin derrière non plus. Bref c’est serré. François DUFOSSE songeur devant la Porsche 944 de Stéphanie et Yann GOSSART Le dimanche, il est souvent difficile de faire les écarts. On y va sans pression, dans l’idée de faire au mieux et de sauver ce qui peut l’être, un top 5…. Cette fois ce sont des photos satellites qui s’enchainent, avec des tracés au plus long ou au plus court à réaliser, et de la carto à tracer, avec petits pièges qui vont bien. On arrive à en déjouer la plupart, même si un angle de routes à la toute fin nous prive d’un sans-faute en S5. Visiblement cela a beaucoup moins bien fonctionné pour la concurrence car à part les extra-terrestres qui nous accompagnent à 2 CP, les autres sont tous à 5 CP ou plus sur la matinée. Bingo ! On attrape la 3eme marche du podium pour une poignée de points ! Un holdup qui nous fait bien plaisir et nous guide directement vers la catégorie Expert l’année prochaine. Un temps superbe nous a accompagné tout le week-end et la gestion de l’alternance pièges / roulage a permis de bien se faire plaisir sur du roulant. Ravis d’apporter ce résultat à l’écurie Guépard !“ Le podium en catégorie initiés Jean GUEZENNEC et François DUFOSSE (Honda CRX Delsol) terminent 12èmes en catégorie experts : “Petit retour sur ce rallye, qui a bien progressé par rapport à l’an passé, avec davantage de routes intéressantes, de nombreux pièges bien ficelés à une ou deux exceptions près. Nous nous sommes régalés, François et moi, mais ce fut une alternance entre les bons secteurs (4èmes dans le premier du samedi, 2èmes dans le premier du dimanche) et d’autres un peu plombés par de mauvais choix et des fautes d’inattention … La Honda CRX de Jean GUEZENNEC et François DUFOSSE, bien entourée par un coupé Peugeot 504 V6 et une BMW 2000 Tii, plus loin la MGB-GT de Francis PLANCHE et Catherine NOGIER Au final, nous terminons 12èmes en experts (9èmes hors coefficient d’ancienneté), avec un peu plus d’application, un top 5 était envisageable, mais les copains et les jeunes ont été plus efficaces que nous. En se montrant très performants, ils permettent aux Guépards de remporter le Trophée Inter-Ecuries. Se retrouver à quatre équipages de l’écurie au départ, partager les repas ensemble, a été très sympa.“ Alain BRAULT et Dan HOURY (Porsche 944) ont connu leur lot de problèmes et se classent 16èmes en catégorie experts. Alain BRAULT et Dan HOURY [...] Lire la suite…
3 septembre 2023Gazettes 2023Le rallye de Jean GUEZENNEC et François DUFOSSE. “Bien au-delà du résultat, quel bonheur de pouvoir participer à de tels rallyes, laissant bien loin derrière ceux que nous avons fait depuis un an… Pas la moindre ambiguïté, la moindre contestation possible, des longs secteurs carto alternant avec des road-books dénués des complications crées pour piéger quand on n’arrive pas à le faire autrement, pas de cases mélangées, miroirs ou routes fantôme, et pourtant… De la nav’, il y en avait, des changements de direction à foison, et un terrain de jeu propice à ça. Les riverains étaient de sortie, enthousiastes (sauf un grincheux, mais qui n’en a pas…). On a empilé quelques boulettes dans l’étape 1, un quitte à droite zappé dès la première ZR (mais sans conséquences), une confusion entre les deux afficheurs de la Big Digit alors que nous étions en attente à un TIP (juste dans la franchise autorisée) mais surtout un CP que les meilleurs ont évité, petite imprécision sur notre trip et noté trop tôt, et quelques minutes aux CH, on termine 10èmes cette mise en bouche. L’étape de l’après-midi s’est mieux déroulée, François traversant certains villages chauds avec aisance, ce qui nous a permis de passer partout dans les temps, mais…. 2 CP supp’ (une erreur au traçage, et une mauvaise appréciation d’un angle, merci à Thierry pour celui-là   ) deux erreurs évitables. Au final, nous sommes les 4èmes les moins pénalisés, mais le coefficient d’âge (des autos !!!) bien défavorable de la Honda nous repousse à cette 9ème place finale, mais qu’importe, on s’est régalés, même de voir les pièges dans lesquels nous sommes tombés, c’était passionnant. On n’a pas été si mauvais que lors de nos dernières sorties, surtout parce ces pièges n’étaient pas ‘’noyés’’ au milieu d’un tas d’autres paramètres à gérer, ça a largement participé au plaisir de rouler, car c’est avant tout ce qu’on attend d’un rallye… On va maintenant souffrir sur les autres épreuves prévues d’ici la fin de l’année, mais cette une autre histoire. Un grand merci à Jacques et à son équipe, au sein de laquelle Thierry COLTIN et Michel LABORIE étaient présents pour le coup de main !” Alain BRAULT et Joël MAQUET : Le second équipage Guépard engagé a connu des fortunes diverses. Après une première étape épatante (ils pointaient au second rang !), l’après-midi a été plus difficile…. Dans la 2ème ZR, le compteur de la MGB s’est épris de liberté, perturbant Alain et Joël, et leur a fait prendre près d’une minute de retard au total… déconcentrés, ils sont aussi passés à un TIP avec 3 minutes d’avance (ce qui équivaut à 1 CP) et ont relevé 2 faux panneaux, ce qui les a fait glisser en 10ème place. Mais ce n’était pas terminé… après quelques kilomètres sur la route du retour, une durit du récupérateur d’huile a cédé. Retour à La Mothe St Héray, réparation de fortune et nuit au gîte. Lundi matin, malheureusement, même problème avec cette fois la baie moteur inondée d’huile, et un retour au domicile sur la dépanneuse… courage, Alain ! [...] Lire la suite…
28 juin 2023Gazettes 2023Par Stéphanie et Yann GOSSART Après une première expérience en 2022 à la réputée « Route des Mirages », nous avons souhaité rejouer cette année en catégorie haute, baptisée « Confirmés » pour l’occasion. 35 équipages inscrits dont 14 en Confirmés, nous étions les seuls représentants de l’écurie Guépard ce samedi 24 juin sur le parking du Golf d’Ableiges, camp de base du rallye que nous retrouverons pour le diner et la remise des prix. Soleil intense et 30° attendus, la journée s’annonçait propice à faire bouillir les cerveaux, nous n’avons pas été déçus. Ravis de ne pas rouler en cabriolet dans ces conditions ! Le Règlement-Guide très détaillé sur 15 pages, a été balayé à nouveau lors du briefing-café-croissant et nous voilà partis vers les beaux villages du Vexin. L’alternance de ZN et de liaisons permet de relâcher son effort et de souffler un peu entre les ZN souvent costaudes tel ce fléché allemand en dominos et miroirs (!). De fait on ne se sort pas indemnes de la matinée en arrivant au Golf de Villarceaux pour le déjeuner : déjà 2 CP et une mesure de KM fausse nous relèguent 5èmes. (on ne le saura que le soir, pas d’annonce de résultats intermédiaires). L’après-midi c’est une énorme carto qui nous attend, avec une carte générale et 7 zones zoomées entres lesquelles il faut jongler, sur près de 20km, intense ! La fin du parcours nous réservera une « commode » un peu stressante avec les 2 premiers tiroirs dans le village, suivis de 4km en rase campagne avant de raccrocher la suite N’ayant pas encore les corrigés je ne sais pas où nous avons péché l’après-midi, mais nous prenons encore 3 CP (surement des panneaux d’entrée de ville, on n’est pas très bons là-dessus…)  et nous finissons 5èmes au général. Au bilan, un rallye très sérieux sur la qualité des roadbook et l’inventivité des exercices. Certes exigeant en concentration sur des exercices longs, mais pas hors de portée non plus. Il m’a semblé moins dur que l’an dernier. Par ailleurs l’ambiance est très bon enfant et le réceptif de qualité dans ces endroits luxueux que sont les golfs de Vexin. Que demander de plus ! Pause estivale pour nous sur la navigation, retour fin septembre au Loir&Cher … [...] Lire la suite…
19 juin 2023Gazettes 2023Par Jean GUEZENNEC François DUFOSSE n’étant pas disponible à cette date, c’est avec Alain BRAULT que j’ai fait le déplacement du coté de Limoges, et (ça m’arrive rarement !) en place de droite, Alain se chargeant du volant. Le week-end a été ensoleillé, nous avons roulé le plus souvent sans le toit, on a bien fait, car au retour, nous avons eu droit au très gros orage du coté d’Orléans et Chartres, impressionnant ! La région des 1000 Sources est un terrain de jeu rêvé pour les rallyes, belle densité de petites routes sinueuses, avec de jolis reliefs, Alain s’est régalé et ne s’est pas privé de faire de temps en temps appel au Vtec. Les modifications apportées récemment à l’auto (géométrie) ont donné toute satisfaction. Sur le plan navigation par contre, je mérite le bonnet d’âne… Il y avait bien quelques petites erreurs dans le road-book ou des approximations dans les tracés (pas assez fins pour de la 100 000ème), et surtout, tout était en ‘’non métré’’. La moindre erreur pouvait donc se traduire par plusieurs kilomètres à la recherche de l’hypothétique case suivante… mais tout le monde avait les mêmes éléments, et j’ai passé beaucoup trop de temps à essayer de comprendre, à vouloir que tout corresponde, au point de finir par me décourager, et de ne pas tracer les longs mille-pattes à reporter sur cartes. On a donc coupé une partie des parcours proposés, et on se retrouve très logiquement avant-derniers, ne devançant qu’une R11 Turbo dont l’équipage était encore plus désabusé que nous ! Il faut juste que je ne me voile pas la face… l’âge fait ses effets, et si je peux encore, devant mon ordi et sur le terrain, proposer des rallyes intéressants, je n’ai plus les capacités nécessaires pour analyser et réagir ‘’sous pression’’, dans l’auto, et ça, …je dois m’y faire. Prochaine sortie à CHAMBRILLE chez Jacques PHELIPPEAU, où je retrouverai mon compère habituel.Michel LABORIE (qui remplaçait pour l‘occasion Lysiane CHEVRIER au volant de la Murena) et Jacques pouvaient le samedi soir prétendre au podium, mais doivent se contenter (ce qui m’aurait enchanté !) de la 5ème place finale. [...] Lire la suite…
30 mai 2023Gazettes 2023Par Thierry LEVALLEUX Après un grand nombre d’années au sein du comité d’organisation des Routes du Vexin, l’occasion nous était donnée cette fois de passer de l’autre côté du roadbook, avec cette double organisation « Défi Guépard » : Autour des clochers Tors, d’abord, chez Thierry COLTIN à Baugé-en-Anjou, puis Sur la Trace des Guépards, proposé par Jean GUEZENNEC sur nos routes traditionnelles du Vexin, avec PC à Meulan-en-Yvelines. Les deux organisations surent proposer un parcours sur une seule journée, une équipe au niveau, bien que réduite, et une ambiance très sympathique. En plus, dans une période météo assez tourmentée, le beau temps fut au rendez-vous. Que demander de plus ? J’ai participé aux Clochers Tors avec Benoît MARCANT sur Fiat 124 Spider moderne, et aux Traces des Guépards avec mon cousin Olivier MONSTERLEET sur 205 GTI de 1990. Crédit photo : Stéphane MOREAU Très inexpérimentés dans l’exercice de la navigation, mais connaissant les deux « lascars » 😉 pour avoir travaillé avec eux sur les parcours du Vexin, nous avons relevé le défi de nous inscrire en catégorie Confirmés. On verra bien … On a vu !!! Crédit photo : Stéphane MOREAUCrédit photo : Stéphane MOREAU Le miracle n’a pas eu lieu, nous avons souffert la comparaison avec les habitués du genre. A Baugé, si nous n’avons pas à rougir de notre description du roadbook fléché, nous nous sommes bêtement perdus sur une simple compréhension d’une mention dans une case en début d’après-midi.  Bien qu’ayant insisté et finalement déchiffré le parcours intégral, nous avons tellement jardiné que nous sommes passés … après le ramassage des CP … ½ secteur pour rien !!! et 7 CP d’un coup dans la besace … Crédit photo : Stéphane MOREAUCrédit photo : Stéphane MOREAU Second enseignement de Baugé, notre manière d’appréhender les parties de roadbook sous forme de cartes, beaucoup trop brouillon. Notre objectif à Meulan était tout trouvé : améliorer notre navigation en cartographique … tant mieux, le parcours de Jean était à 100% carto !!! Nous sommes globalement satisfaits de la progression dans ce domaine, ayant (presque) réussi à déjouer les plus grosses difficultés, à part la manière d’adapter in situ son parcours en cas d’impossibilité de confirmer le tracé estimé au départ de l’étape sur la carte. Pourtant la règle a été clairement énoncée au briefing… A retenir aussi : Lorsque le parcours proposé paraît trop simple, c’est qu’on n’a pas compris le subtil piège habilement caché çà et là ! Quelques bêtes fautes d’inattention nous coûtent également facilement quelques CP. Au final, nous sommes dans la moyenne des confirmés ce qui n’est déjà pas si mal. Un grand bravo aux équipes organisatrices pour les deux superbes randonnées proposées. [...] Lire la suite…
18 avril 2023Gazettes 2023On doutait de nos capacités à affronter ce genre de rallye bien compliqué, on n’a pas été déçus ! Rien n’a fonctionné… même le trip, qui a refusé d’incrémenter dès la mise en service ! Sans doute la sonde arrachée, le bruit bizarre entendu au retour des Flandres… mais pour être honnête, ce n’est pas ça qui a causé nos déboires, on s’est débrouillés comme on a pu avec le compteur de la voiture.Il faut par contre qu’on se rende à l’évidence : On n’a plus l’esprit assez vif pour gérer les présentations de tous ordres, relever les CP et les lettres des villages traversés, les noms parfois des rus franchis ou de rues empruntées, les kilométrages, bien sûr demandés dans les zones bien sensibles… Pour nous, ça a été : on cherche d’abord à trouver comment faire, à tâtons, et une fois la sortie trouvée, on repartait du début pour faire un métrage approximatif, car bien sûr, sans la possibilité de recaler notre trip…Vous vous en doutez, coté plaisir comme coté résultat, ça a été la bérézina… Rien à reprocher aux road-books si ce n’est cette complexité, les pièges étaient bien là, indiscutables, c’est nous qui n’y étions pas. On a oublié certaines des règles figurant dans la trentaine de pages du ‘’Guide pour bien réussir son rallye’’. Les bons côtés ont été de retrouver des copains, d’avoir suivi le bon résultat de la GOSSART Family (4èmes), qui ont rejoint l’écurie Guépard. On espérait le podium pour eux, ce n’est pas passé loin ! Stéphanie et Yann GOSSART 10èmes sur les 12 experts engagés, on doit se faire une raison… les belles années avec des victoires et des podiums sont bien loin, mais heureusement, il reste le plaisir de rouler ensemble, de préférence sur des épreuves pas trop compliquées et roulantes. [...] Lire la suite…
29 mars 2023Gazettes 2023Beaucoup de choses à dire à propos de ces HISTORIC ROUTES DES FLANDRES et, avant tout, qu’on ne regrette absolument pas cette expérience, même si… on ça verra ça plus loin. Les points positifs : Plus de 100 partants, et ils ont géré ! Réceptif de haute volée, on est très bien reçus, le ‘’buffet’’ du midi en Belgique était pantagruélique… et on y a retrouvé Jean GAUCHET, un copain un temps photographe au Vexin, et avec qui on a partagé pas mal d’expériences. L’ambiance est très conviviale, sans prise de tête, le petit slalom au départ était sympa, sans piège, je me suis bien amusé, même si la vitesse de bras, avec la direction un peu trop démultipliée, m’a rendu les choses un peu plus compliquées qu’avec les protos ou monoplaces qui ont égayé ma jeunesse… Et puis, on a eu un peu de conduite de nuit. Le parcours : La région est adaptée ! Pas de relief, certes, mais un beau réseau de petites routes étroites et sinueuses (des équerres en majorité, aux cordes archi creusées par les rallyes du coin), de nombreux carrefours, et pratiquement aucun ralentisseur !!! C’est du pain béni, modérément utilisé car des road-books sans piège, dommage. Mais globalement, je peux comprendre l’organisateur, il fait (largement) le plein, la plus grande partie des participants est satisfaite, on comprend aisément. On a emprunté en Belgique de nombreuses spéciales du rallye d’Ypres, des spéciales du Championnat du Monde, le mont Kemmel, une légende… Les aléas : Les deux premiers CP ratés… L’un sur ces fameuses petites lettres collées sur le coté des poteaux de balises ou de panneaux Stop. Au début, on scrutait la partie visible des poteaux, et… on a raté une lettre placée plus haut, derrière la plaque ‘’cédez le passage’’ ! Ca nous a servi de leçon pour la suite… L’autre, sur un ‘’à gauche en retour’’, qu’on a négocié normalement, sans couper mais normalement, on a appris après qu’il fallait vraiment aller tout à bout, curer le fond du carrefour, pour découvrir, un peu caché dans le lierre à droite, un CP qui a fait pas mal de victimes. Pas d’erreur de parcours dans les deux cas, mais deux CP dans la musette quand même ! Les CP lettres sur les poteaux étaient à inscrire dans une partie réservée du carnet de bord, les CP panneaux (un demi A5 !!!) sur une autre. Il y a eu souvent des erreurs d’inscription, mais François a bien géré ça, avec les brouillons ‘’différenciés’’ qu’on s’était préparés. On a aussi fait de nombreux kilomètres ‘’en convoi’’, à attendre que ça se passe, loin de nos casse-têtes habituels qu’on s’est pris à regretter… Le bilan : Ce n’est pas notre truc, mais c’était néanmoins agréable. Le jeu, c’est de voir les CP, car les erreurs de parcours ont été rares, pas pénalisées en temps (libre), et la rigueur est toute théorique… certains ont rempli leur carnet de bord à l’arrivée avec l’aide de ceux des copain, avant de le remettre. On est loin de nos rallyes où une pince verrouille les reports juste avant la fin, et où les carnets de bord sont récupérés dès l’arrivée au dernier CH, puisque des CH, …il n’y en a pas ! Pas d’affichage des carnets de bord type à l’arrivée (en raison de ce ce qui précède sans aucun doute) mais ça rend du coup difficilement compréhensibles des classements qui ne semblent d’ailleurs pas être la principale préoccupation d’une majorité de participants. On ne regrette absolument pas la balade, …mais on n’y retournera pas. [...] Lire la suite…
8 mars 2023Gazettes 2023Nous y avons passé de très bons moments !  Les retrouvailles avec les copains, un rallye copieux, dense, intéressant… Une épreuve entre potes, dans une super ambiance, 12 partants seulement (sur invitations), mais il y avait un sacré niveau !!! Le samedi justement, Minette et Francis PLANCHE, passé du siège de gauche à celui de droite, étaient seconds !!! Avec un petit peu moins en réussite dans la deuxième étape, ils finissent quand même à une belle 4ème place. Les perfs de Francis seront un sacré atout pour aider, lorsqu’il aura repris le volant, Catherine, son habituelle navigatrice… Le samedi, nous avons joué aux montagnes russes sur les coteaux, dans les vignes, sur ces fameuses ‘’routes blanches’’, larges voies stabilisées, mais au revêtement de petits cailloux blancs, utilisées par tous les engins qui travaillent à ce fameux breuvage pétillant… Le dimanche était un peu moins passionnant coté terrain, dans la Forêt d’Orient, autour du lac de retenue du même nom, en grande partie à la carte alors que la veille était davantage présentée au road-book. Du très bon boulot, quelques petites choses à améliorer, mais on peut faire confiance à Sabine et Pierre GUGGIARI, ils y veilleront pour la prochaine. Il faut saluer la première victoire de Stéphanie et Yann GOSSART, venus en Expert avec la 1100 Ti …et dans leurs bagages, leur fils Valentin, un junior très prometteur ! Déjà en tête le samedi, ils ont confirmé le dimanche. Et nous ? …eh bah, on est loin, pas concentrés, ni assez attentifs. On a zappé souvent des CP placés dans des longues liaisons reliant des zones piégeuses, pas aidés c’est vrai par la petite taille des panneaux de CP, mais tout le monde avait les mêmes ! Ce n’est pas bien grave, on sait qu’avec l’âge, on est moins performants qu’avant, et puis, on a eu notre époque, c’est au tour des jeunes à présent ! [...] Lire la suite…
9 février 2023Gazettes 2023“Pour ceux qui n’auraient pas capté le lancement de l’aventure : le toulousain Jacques JONQUIERES, avec lequel j’avais fait le RAC en 93/94/95 et le Portugal en 94/95 en 205 GTi, s’était mis en tête de restaurer la R16 TX de 1974 de son père. Il l’avait gardé au sec depuis 1984. La restauration s’est faite petit à petit sur 6 années : caisse mise à nue et passée au tournebroche pour réfection des parties rouillées et peinture complète, moteur (140 000km) révisé, etc … L’idée étant de m’embringuer un jour dans le Monte-Carlo Historique (dont il avait couru 4 éditions du vrai Monte-Carlo dans les années 90). Et donc, je n’ai pas pu échapper à l’inscription au MCH 2023 !! L’ami Jacques n’ayant jamais roulé en régularité (ni même imaginé de quoi il retournait !), on était à coup sûr partis pour une sacrée partie de plaisir ! Il a embarqué dans l’aventure : Yves, un copain ex-mécano du sud-ouest (Directeur de Course FFSA tout de même !) qui fera équipe dans le fourgon d’assistance avec Denis (un pilote fou de mécanique, issu des Coupes Peugeot sur terre), qu’on passera récupérer près de Grenoble en montant à Reims ; et aussi Claude (l’éternel comparse navigo de Denis) et Michel (de Toulouse) qui partiront le vendredi de Grenoble et joueront les ouvreurs en passant dans les spéciales le jour précédent. Avec les 93 cv de la TX, en moyenne haute (ben oui, toutes les + de 1600cc entre 1966 et 1976 étaient d’office en moyenne haute), on s’attendait à en baver, et on n’a pas été déçus ! Pour réguler j’avais misé sur du Rabbit Rally et le road-book de Sébastien CHOL. Au départ de Reims, j’ai eu le plaisir de voir une ribambelle de Guépards venus nous encourager : Jean GUEZENNEC, François DUFOSSE, Didier ROUSSEAU, Christian et Colette AJOUX, Alain BETEMPS et son pote JC LEFEVRE, ainsi que d’autres sympathiques connaissances : Patrick et Martine HURIEZ, Eric GOUTTEFANGEAS, Dominique et Patricia RESTELLINI, Xavier TANRET et Gérard LE CAM, ……… L’avantage de la R16 est tout de même son remarquable confort, dont on a bien profité pendant la concentration depuis Reims (en pensant à ceux qui se faisaient secouer par des suspensions dures, dans des baquets spartiates), jusqu’à ………… la traversée du Vercors, où au petit matin on a commencé à perdre de la puissance et à subir des coupures moteur intermittentes. Notre fourgon d’assistance ayant fait un détour pour déposer le plateau du côté de Grenoble, on a patienté jusqu’à avoir bien de la peine à franchir le Col de Cabre, avant de les appeler à la recousse. Ouverture du carbu, vérifs des gicleurs et autres, mais rien ne semble anormal. On repart avec notre avion redevenu de chasse pendant …….. 4 km, et coupure totale moteur ! Diagnostic toujours pas clair, mais on réussit à repartir pour pointer au CP de Laragne, tout en cogitant sur les sources possibles de nos soucis : carburation ? arrivée d’essence ? allumage ? (foutu allumeur électronique dans lequel on n’a aucune chance d’intervenir !). Deux autres arrêts forcés avant le CH de St André des Alpes, mais là, en soufflant dans le tuyau d’arrivée d’essence, on se rend compte qu’il était en partie bouché ! Avec ces multiples arrêts, on pointe avec 11 mn de retard au CH de St André, où on est bien contents de trouver du réconfort avec les délicieuses crêpes du Ventabren Rétro Passion !! Mais il est temps de prendre le taureau par les cornes, la liaison étant longue jusqu’à Monaco, on s’attaque à sortir le réservoir d’essence pour essayer de le rincer. En filtrant son contenu, on n’est pas déçus de ce qui en sort : débris de rouille, etc…. Le traitement Restom, qui lui a été appliqué, après ses 40 ans à sec, n’a pas été probant …….. On laisse bien 20 mn dans cette intervention mais qui sera salvatrice jusqu’au bout, puis des dizaines de mns dans les embouteillages à l’approche de Nice, puis je me sinistre dans Monaco (où je n’ai pas mis les pieds depuis les vrais Monte-Carl des années 80 !! ) pour trouver le CH de Monte-Carlo Beach. Heureusement, l’ACM annulera toutes les pénalités à ce CH …… Samedi matin : il est quand-même temps d’attaquer pour de bon ce rallye !!!!! SR1, Briançonnet – Braye : classés 166e, on s’en sort plutôt bien pour la toute première ES du en régul du Jacques Pilote. SR2, le Corobin : clous obligatoires selon notre paire d’ouvreurs La montée torturée nous fait redescendre sur terre, avec notre pur-sang notre retard montera jusqu’à 38 s. Quelques voitures tankées dans la descente glacée, mais ça passe pour nous et on finira presque à 0. Bilan honorable, 204e. SR3, col de Penne : en contacts, on y «penne» moins que dans le Corobin mais on n’est pas vraiment constants. 195e. Arrivée à Valence, je trouve le moyen de me sinistrer à l’approche du parc dans les embouteillages, encore 3 mn de pénos ! Mais on est tout étonnés (mais bien contents) de se voir attribuer le 147e rang dans les moyennes hautes !!!!! 188e au général Dimanche, c’est parti pour l’Ardèche. Nanard du forum Racing Auto Classic nous accueille avec sa liqueur maison au départ du Moulinon. SR4 – 40 bornes, là il nous faut effectivement du dopant !!!!! Première SR où on va subir des slow zones à 30 km/h dans des villages (et là il y en avait un paquet), le temps d’apprendre le langage du Tripy quand il se met à gueuler, et comme d’autres on y laisse quelques points de pénalités pour vitesse dépassée. Mais surtout dans le serré on n’arrive pas à rattraper le temps perdu avant de tomber sur le village suivant. On va ainsi trainer notre misère avec plusieurs pointages autour de 20 sec de retard. Bilan 207e SR5, Burzet-St Martial : en clous of course. Les copains limougeauds frigorifiés (les MARI, et les BERNARD) sont sur la ligne de départ pour nous encourager : On souffre beaucoup moins que dans le Moulinon. 149e. Mais que furent pénibles les 500m à moins de 30 pour traverser Lachamp-Raphaël. On n’a pas réussi à lui éviter que le Tripy couine !! SR6, St Bonnet : clous mandatory là aussi. Ici Jacques, qui se rappelle les 4 vrais Monte-Carlo de la belle époque, connait par cœur, il s’applique : 120e !! SR7, Lamastre-Colombier : fin de journée, moins de concentration ?, on en lâche : 198e Le bilan de la journée nous satisfait bien tout de même : 158e au général. Lundi, entre Drôme et Hautes-Alpes. Seules les 2 premières sont à faire en clous. Cols, routes pentues et torturées, on va souffrir !! Bon, comme jusque-là, quand ce ne sera plus la peine de recaler vu notre retard, pour m’occuper je sortirai ma tablette avec IGN Rando pour annoncer les virages via la 1/25000e, comme dans les cartos des années 70/80 !!! Pas sûr que ça aide énormément Jacques2, qui n’a jamais roulé avec de telles notes, mais au moins ça m’occupe !! SR8, Valdrôme-La Piarre : elle ne fait même pas 12 km, mais elle va nous coûter cher !!! Car, après 5 km cool, la slow zone de La Bâtie-des-Fonds nous plombe totalement, car elle est suivie de 7 km pentus et serrés, où au lieu de se refaire on s’enfonce petit à petit, jusqu’à finir avec plus d’1 mn de retard. 209e, 6240 pts dans celle-là, d’un coup on double notre capital points !!! Crédit photo : Marc DELAUZE SR9, Les Savoyons : un peu moins de grimpettes et de serré, pas de slow zone, mais on ne limite que peu les dégâts, avec plus de 40 sec de retard au firmament. 202e Crédit photo : Marc DELAUZE SR10, Eygalayes-Verclause : retour sur le sec, mais 37 km avec trois slow zones dont Laborel, et 2 changements de moyenne. Après avoir réussi à en finir avec un palier à 45 sec de retard, on va allègrement prendre 1 mn d’avance !!? on sera loin d’être les seuls ! Why ? Certainement une mauvaise interprétation de l’endroit du 2e changement de moyenne ! Le 1er était simple, c’était l’entrée de Laborel. On apprendra par la bande le lendemain matin qu’il fallait se reporter au « pseudo » road-book de l’ACM pour y retrouver les libellés spécifiés comme lieu de changement de moyenne sur nos carnets de pointage. 193e, la mauvaise série continue !! Ci-dessous un extrait du seul type d’éléments transmis par l’ACM en tant que road-book. C’est sûr que c’est pas avec ça qu’on peut naviguer ! Alors, une fois reporté sur des cartes ou basculé sur un vrai road-book, on l’oublie ! : SR11, Crupies-Saillans : roulante mais avec un changement de moyenne qui fera encore des dégâts, car « Bif D156 / Chemin de Font de Bine » n’est pas évident à identifier si on ne pense pas à jeter un œil sur le « road-book » ACM. Pour ma part, sur la longue liaison j’ai passé mon temps à scruter IGN Rando pour dénicher ce p….n de Chemin de Font de Bine. Ayant eu plus de réussite que beaucoup sur ce coup-là, on s’octroie un 122e temps !!! Malgré nos avatars, on termine la journée toujours dans la même zone au scratch : 155e. Mardi, retour sur Monaco, puis la nuit. Tout sera sec jusqu’au bout. SR12, St Nazaire- La Motte Chalençon : 18 km bien torturés et pentus au début, un vrai plaisir pour notre jument de trait. On se fait vite dépasser par la Porsche partie derrière nous, mais on finit par se dédoubler et terminer à 0. 7000 pts dans la musette tout de même, et Bingo : 223e temps pour le N°223 ! Tiens, y’a longtemps que les entrailles de la TX nous ont laissés tranquilles (trop ?), alors un peu de piment : passé notre point d’assistance à Rémuzat, on attaque la longue liaison cahoteuse vers Montauban/l’Ouvèze. Pas fait 2 bornes que tout s’éteint, plus de son plus d’image, mais la batterie est toujours vivante. On jette un œil aux multiples fusibles, RAS. Coup de fil à l’assistance avant qu’ils ne quittent Rémuzat. Arrivés, ils prennent le problème méthodiquement, dépouillent la bête pour accéder au Niemann, le 12V semble y arriver mais n’est pas commuté. On ressort la solution des connections volantes, et le temps d’expliquer le nouveau mode d’emploi à Jacques-le-pilote, c’est reparti. SR13, Col de Perty : un peu énervé, et ayant mare de ramasser un max dès que ça monte, j’invente la stratégie du siècle : prendre de l’avance dans les premiers kms afin de moins additionner de retards quand on sera dans le dur. MAIS il y a longtemps que j’ai oublié la configuration du Perty, qui finalement est assez roulant, et donc quelques kms après le départ on a toujours un boulevard devant nous, et on se retrouve au cul de la Porsche partie devant. Le temps d’admettre que ma stratégie est bien foireuse, on s’est pris 380 points d’avance. Bilan 206e !! Bon, on a quand même eu la chance de ne pas tomber en panne électrique au milieu d’une SR !! Et ben tiens, re-panne de son et d’image après Sisteron, sur la D4 avant Volonne, et bien sûr l’assistance, elle, est logiquement restée sur la N85 ! Rien de louche dans nos by-pass du Niemann, mais en tripotant 2 fusibles « torpille » sur la joue d’aile AV ça repart, mauvais contacts des fusibles dans leur support ? N’étant pas en avance, on ne cherche pas plus à comprendre, et ……………… 20 km plus loin, rebelote ! On essaie de nettoyer les contacts des fusibles, pas concluant ! Ouf, l’assistance arrive et enveloppe chaque fusible avec de la feuille d’alu. Problème réglé jusqu’à nouvel ordre ! SR14, la Colle-St-Michel : pas très concentré après toutes ces aventures, on est souvent en avance et on fait 188e. Cumulées, les aventures du jour nous font reculer 167e au scratch. Y’a plus qu’à attendre les deux dernières de nuit ; mais là, bien que ce soit sec, nos ouvreurs nous ont promis du pire que costaud ! SR15, Col de Braus-Lantosque : c’est effectivement pire que du dur, interminable, lacet après lacet le retard s’affole. En 3 km on s’était déjà fait doubler par la voiture partie 30 sec derrière nous. A 12 km c’est un train de 5 voitures qui nous avalent ! Doivent pas tous être à l’heure ! On souffle un peu dans la descente vers le Col St Roch, quand soudain …………….. plus d’accélérateur !!! On se laisse glisser à l’écart dans une épingle, et on va lever le capot : de belles étincelles et petites flammes derrière l’alternateur ! C’est le câble d’accélérateur qui est allé fricoter avec le 12V (pas protégé !) en sortie de l’alternateur. Jacques souffle sur les flammes, ça s’éteint, j’hésite à débrancher la batterie car ce serait éteindre le Tripy. Mais quand Jacques retouche au câble d’accélérateur et que le feu reprend, je n’hésite plus. Gaine annelée totalement fondue, le câble est coupé en deux. On ne voit pas comment effectuer sur place une réparation de fortune. C’est donc l’abandon. Mais on relativise, vu ce qu’on a ramassé dans la montée. Avant le rallye on était bien conscients qu’on serait à la rue en moyenne haute, on espérait cependant ne pas trop passer pour des charlots. Mais arrivé à ce stade c’était devenu du grand guignol !!!! Avec leur BM 320, Pascal et Valérie ARNAUD nous ont dit avoir atteint 1500 m de retard dans la 1ère partie de la 15. Et, avec sa Dyane en moyenne basse, George GOMIS n’a rien pu faire et a reculé de 20 places dans cette dernière nuit. Totalement irréaliste donc en moyenne haute avec notre mule. Donc pas de gros regrets de ne pas pouvoir terminer. On attendra la fin du passage des concurrents, souvent par petits trains, même en moyenne basse. Puis, aidé par un filet de gaz, on se laissera glisser en descente jusqu’à L’Escarène. Quand ils nous rejoindront, nos MacGyvers de l’assistance reconstitueront un magnifique câble d’accélérateur : Ça nous permettra de rentrer au port par nos propres moyens, ce qui a quand-même meilleure allure qu’à la ficelle ….. ! Il est 4 h, l’ACM plie les gaules mais récupère nos carnets, M. Tripy récupère son matos, on traverse le parc où les derniers fêtards terminent leurs bouteilles de champagne, mais on a plutôt envie d’aller se coucher….. La fine équipe le lendemain midi, pas mécontente de prendre un bain de soleil sur le port :“ Jacques [...] Lire la suite…
24 janvier 2023Gazettes 2023Trois équipages de l’écurie GUEPARD étaient au départ, plus un renfort bien apprécié ! Nos bonnes résolutions du départ se sont effritées au fil des kilomètres et des difficultés, et on sort du premier secteur avec (déjà…) 3 CP dans la musette ! A côté de ça, on est un des rares équipages à avoir évité le ‘’contrôle visuel en première intention’’ sur une nouvelle route, François nous a fait prendre directement l’ancienne, la bonne.On prendra 3 CP de plus dans la seconde section du samedi !Au soir de lette première journée, Francis PLANCHE et Catherine NOGIER (MGB GT) sont les meilleurs Guépards, et de loin ! Ils sont seconds au scratch.Nous pointons à une très moyenne 10ème place.Pas loin derrière nous, 12èmes, Stéphanie et Yann GOSSART (Simca 1100 Ti) affrontent courageusement la catégorie Expert et toutes ses difficultés. Pour eux, c’est un souci de temps qui les pénalise, mais ils veulent avant tout essayer de comprendre les embûches et ça en prend nécessairement.Enfin, Alain BRAULT et Joël MAQUET (205 Green) sont 16èmes. Dimanche matin, à la fraîche, on est remotivés, mais on a vu la veille comment ça peut se passer… Il fait frisquet, mais le beau temps est là !On fait une première section quasi parfaite, sur laquelle seuls 5 équipages passent à 0 CP, et étant les moins pénalisés en temps parmi eux, cela nous permet de remporter la section et de gagner deux petites places…Malheureusement, il en restait une. On rate un nouveau CP et, à 300m du CH d’arrivée, on se refait prendre par un contrôle visuel sur le tour d’un rond-point non effectué !Je redoutais pourtant une ultime fourberie des organisateurs et n’ai pas quitté le bas-côté droit des yeux, scrutant chaque buisson, mais rien… une erreur de débutants que nous ne sommes pourtant plus, mais on vieillit, c’est certain ! Au final, pour l’écurie :– 5èmes : Francis PLANCHE et Catherine NOGIER– 8èmes : Jean GUEZENNEC et François DUFOSSE– 11èmes : Stéphanie et Yann GOSSART– 17èmes : Alain BRAULT et Joël MAQUET Jean GUEZENNEC [...] Lire la suite…
25 novembre 2022Gazettes 2022La vie n’est pas un long fleuve tranquille !… par Jean GUEZENNEC. C’était sans doute notre der’ de la saison, et les petits pépins ont commencé avant même le départ… Impossible d’ouvrir la fenêtre passager ! Intéressant pour les passage aux pinces ou tampons, aux pointages aux CPH !Fusibles ? Rien.Je trouverai plus tard, en cours de route. Il y a une sécurité, comme pour les enfants, mais là, on est sur une stricte deux places ! Et je l’avais activée sans même le savoir. Ca, ce n’est rien.Beaucoup plus embêtant : On n’avait pas de zone d’étalonnage ! Du coup, la première mise en route du trip s’est faite… sur la ligne de départ, et notre si fidèle Munier se met pour la première fois à faire n’importe quoi ; il affiche en gros deux fois la distance, impossible également de remettre l’afficheur à deux chiffres après la virgule.C’est un peu la panique. On sort le clavier déporté et on va essayer un tas de manips, qui ne nous remettront pas dans le droit chemin, et comme la traversée de la ville de départ est hyper compliquée (injouable presque sans un trip bien calé…) on va perdre près d’une demi-heure à bidouiller là-dessus ! On finira par repartir avec une virgule entre les centaines et les dizaines de mètres, mais à peu près calés. On ne voit plus personne, ils sont loin ! Et c’est parti pour une sacrée baston pour revenir dans le match.Forcément, il y a prise de risques sur certaines vérifications qu’on aurait bien faites, peut-être aussi que certains CP (tout petits, format A5 en papier plastifié, parfois un peu bizarrement placés), mais kilomètre après kilomètre on rejoint les retardataires. C’est là qu’arrive la seconde (ou troisième) couche… Une pince, on s’arrête, la fenêtre descend… quel bonheur 😊En repartant, dans l’herbe, je cale et… plus de démarreur !!! On soupçonne une “mise en sécurité” liée à un problème électrique, on vérifie les fusibles, c’est ok. On manœuvre tout ce qui a un contacteur fin de course qui pourrait ne plus être activé, rien… On téléphone à des Delsol’boys, qui nous font faire des tests pour lire au tableau de bord les codes d’alarmes.Rien de ce côté là non plus… Le temps passe, un quart d’heure, et on se retrouve encore esseulés. Finalement, on tente à la poussette, …et ça démarre ! On passera le CH d’arrivée de la première étape avec 28’ de retard, la mise hors course était à 30’ !!!Le plus bête… c’est qu’on trouvera, avec l’aide au téléphone de l’ancien propriétaire de la Delsol, dans la deuxième étape ; le fil d’excitation était tout simplement débranché ! La première demi-étape de l’après-midi se passe bien, on est comme Francis et Catherine en CP sur celle-là. Arrive la pause, et là, on nous tend un sachet contenant… le puzzle d’une carte. “Faites-le, ramenez-le, vous avez une heure”. Rien d’autre…Je n’étais pas venu là pour ça, mais bon… on s’y met. Il manque des pièces de pourtour (bien sûr, on a commencé par-là), on s’énerve, au bout de l’heure, on rend le puzzle au contrôle, pas terminé, et on nous explique à ce moment que le puzzle représentait…. notre tracé pour le dernier secteur !Là, grand moment de solitude, et faute de pouvoir continuer, on sort le Gps et on regagne directement l’arrivée, dépités… Au final, on sera classés quand même, 15èmes avec un “forfait” sans doute pour l’ultime tronçon non effectué.Francis PLANCHE et Catherine NOGIER sont 8èmes, ayant bien négocié l’épisode puzzle, mais laissé en route comme nous et bien d’autres des CP “non vus”, ce qui est toujours un peu dommage. [...] Lire la suite…
25 octobre 2022Gazettes 2022Trois équipages de l’écurie étaient au départ de cette 10ème édition, qui a réuni un beau plateau. Les Guépards engagés sur ce “Poitou” Patrick GUILLON et Dan HOURY, sur la Porsche 944 de Dan, n’ont pas été très heureux, cassant une transmission en début d’épreuve. Michel LABORIE et Jacques PHELIPPEAU, sur la Murena de ce dernier, 7èmes le samedi soir, ont effectué une belle remontée le dimanche, pour terminer 4èmes, au pied du podium, avec toutefois quelques interrogations que l’absence de corrigés à l’arrivée n’a pas permis de dissiper… Pour Francis PLANCHE et Catherine NOGIER, ça s’est finalement très bien déroulé. Malgré 2 CP, et 7 minutes suite à un passage difficile sur une “carte à points”, la MGB-GT pointait en tête en fin de première journée, mais avec une toute petite avance sur les seconds, les troisièmes étaient un peu plus loin, avec 4 CP. Le dimanche, toujours sous un temps ensoleillé, ils admettent avoir été moins en réussite, prenant 2 autres CP, l’un sur un petit décalage non vu entre un calque et la carte, l’autre sur un rond-point franchi alors qu’un groupe d’une trentaine de cyclistes ne leur a pas permis de voir le panneau… Catherine et Francis LE TOHIC-ROLIN (205 Gti), seconds la veille, n’ont pas fait mieux et prennent finalement la troisième place. BOSDRON-SEVESTRE (Manta 1200S) par contre, réalisent l’étape parfaite et se placent en tête pour 10 points, …hors coefficient d’ancienneté de la voiture. Après application de ce dernier, la victoire finale revient à nos Guépards, une ligne de plus à un palmarès déjà fort bien rempli ! [...] Lire la suite…
2 octobre 2022Gazettes 2022La 2ème édition le Randonnée de Navigation “Autour des clochers tors” se déroulera le samedi 22 avril 2023, dans la région de Baugé en Anjou. La présentation et l’inscription se trouvent ici 2 catégories sont au programme, Expert et Découverte, basées sur une navigation plus ou moins difficile suivant votre choix. Pour les Experts, principalement cartes tracées et roadbook, et pour la catégorie Découverte, un roadbook facile.Pas de traçage au moyen d’un calque. Niveau de difficulté sans complexité excessive, la navigation standard reste la priorité cette année. Le parcours sera jalonné de panneau avec des indications à relever mais aussi des indices à trouver. Il n’y aura pas de temps imparti, les plus en retard ne mangeront pas!!! Non, évidemment, ce sera “Open Bar” pour les repas et les participants pourront prendre le départ, manger etc… à leur rythme. Programme: de 7h30 à 9h15 : Salle de réception La Richardière, à Fougeré 49150Café d’accueil et viennoiseriesAccueil des participants, vérification des documents, vérification des véhicules9h15 : briefing sur le déroulé de la manifestation, avec rappel des consignes de sécurité10h00 : départ des participants pour l’étape du matin, de minute en minuteà partir de 12h00 :Retour des participants à la salle de réceptionPause repas, buffet froid et boissons13h40 : départ des participants pour l’étape de l’après-midi, de minute en minuteà partir 17h00 : retour des participants à La Richardière, fin de la Randonnée.18h30 : Corrigés du parcours, Cérémonie de clôtureApéritif et repas chaudSoirée musicale avec remise de cadeaux souvenirs à chaque participant Le lieu de départ et des festivités sera à la Salle de Réception La Richardière à Fougeré, Baugé en Anjou >> lien google maps >> https://goo.gl/maps/xGyHfa4zJ8tjfnUA7 Engagez vous rapidement, le nombre de participants est limité! Le comité d’organisation [...] Lire la suite…
4 septembre 2022Gazettes 2022Encore une belle édition de l’épreuve managée par Jacques PHELIPPEAU. Pour ce 10ème anniversaire, Jacques nous avait concocté une édition “musclée”, un rythme soutenu, sans temps mort. Deux étapes, mêlant un peu régularité, road-book avec des règles simples, mais … pas si faciles à négocier et pas mal de cartes, tracées ou à tracer, avec de nombreuses petites subtilités. Quatre équipages de l’écurie Guépard s’y étaient donné rendez-vous. Les moins en réussite ont cette fois été Francis PLANCHE et Catherine NOGIER (MGB-GT), piégés sur la difficulté principale en fin d’étape du matin… Ils cumulent un retard trop important et se retrouvent hors classement alors que tout s’était bien déroulé jusque-là. C’est d’autant plus dommage qu’avec une belle seconde étape, ils auraient pu prétendre à une place conforme à leur statut. Patrick GUILLON et Dan HOURY (sur la 944 du grand Dan) terminent 5èmes du classement Expert, après une course régulière, lâchant quelques minutes de trop par-ci par-là, pour viser le podium, mais ça reste un parcours solide. Jean GUEZENNEC et François DUFOSSE (Honda Crx Delsol), 1ers du classement “véhicules d’exception” et 3èmes au cumul, ont cédé un peu (2CP) dans la seconde étape, après un très bon début de rallye. En embuscade après l’étape du matin, Michel LABORIE et Thierry COLTIN (Matra Murena 2.2) ont réalisé une fin de rallye presque parfaite (0 CP), ne concédant que quelques minutes au dernier CH. Ce sont finalement eux qui remportent cette belle édition anniversaire. Didier COLTIN avait fait le déplacement, pour épauler l’équipe organisatrice aux classements. https://www.ecuriechambrille.com/ [...] Lire la suite…